lundi 30 mars 2020

4e de couverture

La politique est un combat entre les progressistes et les conservateurs, et à la fin ce sont toujours les progressistes qui gagnent. Comment sortir de cette fatalité ?

Il faut comprendre d’où viennent les idées progressistes sur le plan philosophique : de l’existentialisme et de la déconstruction, et les deux de Martin Heidegger, dont les convictions nazies sont désormais parfaitement établies, notamment parce qu’il les révèle lui-même dans ses œuvres complètes publiées de façon posthume. Voilà qui jette un éclairage plutôt déroutant...

En suivant cette histoire des idées de 1945 jusqu’à nos jours, on constatera l’efficacité délétère du philosophe allemand et comment sa pensée totalitaire a muté pour inséminer le gauchisme culturel, aussi étonnant que cela paraisse.

Les dégâts causés à la civilisation occidentale sont gravissimes, ils mettent en jeu son avenir. Comment y répondre ? En suivant Leo Strauss qui remet en cause cette distinction progressistes/conservateurs pour lui substituer le droit naturel, seul capable de nous permettre de distinguer le bien du mal. Et l’espoir d’une renaissance de l’Occident pourra alors survenir.