vendredi 20 mars 2015

Alerte : les menaces sur les épargnants français montent d’un cran !

En 2014, l'UE a adopté une directive concernant la garantie des dépôts des entreprises et des ménages jusqu'à 100.000 euros : les Etats doivent constituer des fonds qui sont abondés par les banques à hauteur de 0,8% des dépôts qu’elles gèrent. Mais ce taux de 0,8% peut être ramené à 0,5%, ce qui représente autant d’économisé pour les banques (3,3 milliards d’euros pour les banques françaises). Cette dérogation est possible à deux conditions :
- qu'il existe une faible probabilité qu'une part importante des ressources du fonds soit mobilisée (on se demande bien comment ! vu que ce fonds de quelques milliards est d’un montant très faible comparé à l’épargne financière des ménages français, 3.600 milliards d’euros on le rappelle… sauf si la condition suivante est remplie…)
- que le secteur bancaire soit d'une taille et d'une concentration telles que les banques défaillantes feraient forcément l'objet d'une résolution ("résolution", voilà le mot ! et il fait référence à cette directive BRRD dont nous avons parlé et qui établit qu’une banque en faillite peut puiser directement dans les comptes de ses déposants ! que notre épargne soit "BRRDisée" en quelque sorte, et quand à la garantie de ne pas être affecté si l’on possède moins de 100.000 euros, n’y croyez pas trop…)
Et justement, comme nous l’apprend L’Agefi, le gouvernement français va demander cette dérogation ! Autrement dit, ce n’est pas la peine de trop abonder le fonds de garantie des dépôts, si une banque française fait faillite, elle puisera directement dans les comptes de ses clients ! Merci pour cet aveu !

Autrement, ma chronique hebdomadaire pour Economie Matin : Bientôt la fin des grandes expositions temporaires ?

Philippe Herlin

vendredi 13 mars 2015

mercredi 11 mars 2015

Les détecteurs de fumée AngelEye veulent m’attaquer en justice !

(la photo du post supprimé !)
Une histoire incroyable. Le 27 février dernier, je poste dans ma revue de presse sur ma page Facebook un article de BFM de Stéphane Soumier intitulé "Détecteur de fumée: un enfumage à 1 milliard d'euros". Comme vous pouvez le voir, la photo illustrant l’article est celle d’un détecteur de fumée de la marque AngelEye. La société ne souhaite pas être associée à un article très critique sur la loi obligeant à s’équiper de cet ustensile, et elle obtient que BFM change la photo, comme vous pouvez le voir sur l’article. Par contre, mon post du 27 février dans ma revue de presse garde la photo d’origine, je n'y peux rien. Mais le distributeur exclusif en France d’AngelEye exige que je l’enlève en me menaçant d’un procès ! Voici le mail que j’ai reçu hier à 12h33 :

Monsieur,
1.La société ONELEC que je représente, est le distributeur exclusif en France du détecteur de fumée de marque ANGELEYE de la société anglaise SPRUE SAFETY PRODUCTS LIMITED.
Ce détecteur est un produit de qualité, présentant toutes les indications de conformité aux normes françaises et européennes.
2. Ma cliente a découvert que vous aviez publié sur votre compte Facebook, un article, édité à l’origine sur le site internet www.bfmbusiness.bfmtv.com, intitulé : « détecteurs de fumée : un enfumage à 1 milliard d’euros ». Cet article apparait notamment sur votre compte Facebook le 27 février à 16h13. Il est accessible à l’adresse https://www.facebook.com/philippeherlin/posts/882449691776673.
Cet article est illustré par une photo représentant un détecteur de fumée de marque ANGELEYE, dans son emballage.
3. En premier lieu, cette photo jette le discrédit sur la qualité du détecteur ANGELEYE. En effet, le public en lisant ces articles critiques, pourrait raisonnablement penser qu’il doit éviter d’acheter ce type de détecteur de fumée, ce qui est préjudiciable aux sociétés ONELEC et SPRUE SAFETY PRODUCTS LIMITED.
Ces agissements sont constitutifs d’un acte de dénigrement sanctionnable au visa de l’article 1382 du Code civil.
4. Par ailleurs, la reprise à l’identique de la marque ANGELEEYE distribuée par ONELEC, sans son autorisation, constitue une contrefaction par reproduction au visa des dispositions de l’article L713-2 du Code de la propriété intellectuelle qui dispose que :
« Sont interdits, sauf autorisation du propriétaire :
a) La reproduction, l'usage ou l'apposition d'une marque, même avec l'adjonction de mots tels que : "formule, façon, système, imitation, genre, méthode", ainsi que l'usage d'une marque reproduite, pour des produits ou services identiques à ceux désignés dans l'enregistrement ; b) La suppression ou la modification d'une marque régulièrement apposée. »
5. ONELEC vous met donc en demeure, dans un délai de 3 jours à compter de l'envoi de ce message, de retirer toute référence au détecteur de fumée de marque ANGELEYE, notamment en illustration de l'article intitulé « détecteurs de fumée : un enfumage à 1 milliard d’euros », mis en ligne sure votre compte Facebook, le 27 février à 16h13, et accessible à l’adresse https://www.facebook.com/philippeherlin/posts/882449691776673.
6. A défaut, j’ai reçu pour instructions de ma cliente de faire valoir ses droits par voie judiciaire et/ ou de signaler cet abus directement à Facebook.
Conformément aux règles déontologiques de ma profession, je vous indique que vous pouvez transmettre la présente au conseil de votre choix.
Je vous prie d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.
Maître Jean-Claude BRUN et Anne-Charlotte VENUTI

S’ils m’avaient envoyé un simple mail me demandant de l’enlever, je l’aurais fait bien volontiers, je comprends le préjudice et le post date de deux semaines, il n’est plus actif depuis longtemps. Mais cette façon de faire est vraiment pitoyable, en conséquence je mets tout cela sur la place publique pour que chacun puisse se faire son opinion sur les méthodes et le comportement de cette société… Cela prouve en tout cas la valeur de cet article, si ce fabricant de détecteurs de fumée veut autant s’en détourner ! Je le prends aussi comme un hommage à l’importance et à la diffusion de ma revue de presse, trop sympa, merci. Comme je ne souhaite pas perdre mon temps dans les prétoires, j’enlèverai l’article (je ne peux pas enlever la photo et laisser le post), à l’issue seulement du délai qu’indique le mail, c'est-à-dire vendredi midi. Sur Internet, la courtoisie permet de régler 99% des problèmes, certains semblent l’avoir oublié.

> Et donc, suivez ma revue de presse, sur Facebook ou Twitter, il se passe toujours quelque chose !

Philippe Herlin

lundi 9 mars 2015

Plus de 1100 partages Facebook pour ma chronique GoldBroker !

A signaler (petite séance d’autosatisfaction, vous m’excuserez) : ma dernière chronique pour GoldBroker, Alerte : première application de la directive permettant la ponction des comptes bancaires, a dépassé les 1100 partages sur Facebook ! Un score très élevé, même pour des sites d’informations générales à grande diffusion comme Le Figaro ou Le Monde. La décision de l’Autriche est historique mais les médias n’en parlent pas, c’est regrettable. L’outil juridique qui permet de spolier les épargnants européens est désormais opérationnel, il faut le savoir, et si cette fois les épargnants autrichiens sont a priori passés à travers, ce ne sera pas toujours le cas. Bientôt peut-être, l’acronyme de la directive en cause, BRRD (pour Bank Recovery and Resolution Directive), entrera-t-il dans le langage courant : "je me suis fais BRRDisé mon épargne" ! N’hésitez pas à diffuser ce texte, il faut que l’information circule.

Philippe Herlin

vendredi 6 mars 2015

mardi 3 mars 2015